Rechercher

PHOBIE D'IMPULSION: LA PEUR DE BLESSER NOS ÊTRES AIMÉS OU NOUS-MÊMES



Je t’aime à la folie


Un matin comme n'importe quel autre, Louis se réveille et se dispose à quitter le lit. Il ressent le corps de sa femme à ses côtés et le confort de ce moment quotidien. Mais, les pensées commencent à tourner en boucle.. l'une amène à l'autre jusqu'au moment ou Louis se sent soudainement projeté dans une spirale de sensations très intenses. Des sensations et de pensées, des images et des émotions négatives.. "et si je refoule mes comportements dévies et si finalement je suis quelqu'un de pervers.. ?.." Subitement les images mentales « bizarres » se concrétisent . Il imagine ressentir l’impulsion de donner des coups sur le ventre de sa femme, de ne pas pouvoir s'en empêcher de le faire, Louis se «voit» suivre cet impulsion et perdre le contrôle sus ses comportements. Louis transpire, son cœur bat vite et se sent minable. Son discours intérieur est nourrit des phrases sans cesse : « Une personne "bien" n’aurait jamais ce type de pensées », .. mais j’aime ma femme", je lui ferait jamais du mal ».. « mais si tu penses ainsi c’est que tu es mauvais ».. et il rentre dans cette spirale sans fin.


Louis cherchera par tous les moyens possibles à « effacer» ses images et ses pensées. Mais l'anxiété s'aggrave et ses "scénarios" et pensées calamiteux deviennent encore plus puissants. Louis à peur de devenir "fou.."


Louis n'est pas fou, loin de cela. Louis est en état de stress profond et il a développé une de Phobie d’impulsion. Une pensée parasite qui détourne son esprit cause une peur excessive de donner suite à ses impulsions, de perdre le contrôle et de transgresser les normes. En ce sens les phobies d'impulsion sont considérées comme l'expression du Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC), car ces phobies forcent la personne à initier une sorte d'action ou de rituel (compulsion) afin de réduire l'anxiété imposée par la pensée invasive.


Quelles sont les impulsions les plus courantes?


Les phobies d’impulsion concernent tous les sujets sensibles et censurables par la société: la sexualité, la santé, la religion, les moeurs, etc.. Les peurs sont très diverses et peuvent se référer à la possibilité de (sans le vouloir) faire du mal à un proche, s'auto-blesser, devenir homosexuel, sauter d'un balcon, ou sauter devant un train, etc..


Dans tous ces cas, la personne présente une sorte de fusion pensée-action et finit par se trouver indigne en relation à sa "nature pervertie".

Ceux qui en soufrent de Phobie d'Impulsion cherchent à contrôler leur peur en évitant les situations qui les rendent anxieux. Ainsi la Phobie d'Impulsion a des conséquences au niveau personnel, social et ou professionnel et entraînera une énorme réduction de la qualité de vie de la personne qui en souffre et de son entourage : au fils du temps, sans même s'en rendre compte, les personnes qui souffrent des Phobies d'Impulsion finissent par négliger une partie importante de leur vie personnelle.

La personne se transforme en son « meilleur ennemi". Les efforts fournis et le niveau d’exigence personnelle pour contrôler ces pensées sont extrêmement élevés. Nous pouvons avoir l'impression de nous battre sans cesse contre soi-même. Le conflit intérieur est renforcé, car il y a une déconnexion entre ce que nous pensons et ce que nous sommes. L’obsession et la peur prendront le dessus sur la capacité d’attention de la personne. Si elle persiste, cette lutte interne peut mener à l'anxiété et à la dépression.


Reconnaître et Traiter les Phobies d'Impulsion


Nous pouvons identifier une phobie d'impulsion si les signaux ou critères cliniques suivants sont présents:

  • La sensation d'être submergé par des pensées concernant une pression, un élan ou une sorte d'impulsion, accompagnés d'une impression de "possible" perte de contrôle sur nos actions.

  • La présence récurrente d'idées d'anticipation d'une future « agression » envers soi-même ou envers d'autres personnes.

  • Une peur intense résultante de ce genre de pensées.

  • L'adoption de comportements routiniers ou rituels pour empêcher ce genre de pensées de devenir la réalité.


Quoi faire?


Existe-t-il un traitement de la phobie des actes impulsifs? Oui! C'est la bonne nouvelle!


Le traitement de la phobie d’impulsion, quelle que soit l’obsession - qu’il s’agisse de se faire du mal ou de faire du mal aux autres - sera toujours psychologique car les psychologues sont les seules personnes ayant la formation et l'expérience nécessaires. Et si le niveau d'anxiété ressenti est extrême, une thérapie et des médicaments sur ordonnance sont souvent appropriés.


Le traitement implique:

  • Comprendre comment ce problème peut se développer et comment il ratentit sur la vie personnelle, sociale et professionnelle..

  • Évaluer et identifier les solutions tentées, les différentes façons dont le patient a essayé et échoué de gérer le trouble.

  • Développer les procédés qu'ils ont essayées et qui ont fonctionné.

  • Comprendre comment fonctionnent le esprit et le trouble. De cette façon, ils peuvent prendre le contrôle de ce qui leur arrive.

  • Se détacher de leurs pensées. Cela signifie que penser quelque chose ne signifie pas le faire ou en être capable. Cela ne rend pas non plus cela plus probable.

  • Prévenir les rechutes et renforcer les outils psychologiques appris.

  • Récupérer des aspects positifs de la vie qui sont ont négligés.


Traitement psychologique


Il faut souligner que même s'il existe différentes approches psychologiques pour traiter la phobie d’impulsion, les seuls traitements psychologiques confirmés par des recherches scientifiques et qui ont prouvé leur efficacité sont les stratégies cognitivo-comportementales, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC), dont la thérapie stratégique brève en est un exemple.


Si vous vous identifiez comme quelqu'un avec la phobie de commettre des actes impulsifs, rappelez-vous qu'il s'agit d'un problème psychologique. Plus tôt vous y ferez face, plus vite vous trouverez un soulagement. Les psychologues sont vos meilleurs alliés! Alors arrêtez de remettre à plus tard, et si vous en avez besoin, faites ce pas: demandez de l'aide.


Alexandra Osorio

Docteur en Psychologie

Spécialiste dans le traitement des phobies





77 vues0 commentaire